Portraits
 
Christine Feck

Chacun développe ses propres compétences et apporte quelque chose de plus par rapport à ce qu’il sait faire

La FFCEL prend la parole
01/06/2013 - Femmes Magazine
La responsabilité sociale des entreprises

En savoir +

Portrait du mois
Myriam Schmit,
MSDESIGN by myriamschmit

En savoir +

Les news
09/11/2018
The Founder Institute is offering together with Equilibre the Female Founder Fellowship program in Luxembourg with the goal of increasing the number of local female entrepreneurs.

En savoir +

 

Christine Feck
Fondatrice de La Graphisterie Générale

Christine Feck, fondatrice et PDG de La Graphisterie Générale, une agence de communication, vient juste d’emménager dans ses nouveaux locaux situés dans la zone industrielle de Kehlen. Elle partage son bureau avec son associé, Thomas Aubinet, spécialisé dans les nouveaux médias. Les trois autres membres de l’équipe partagent un espace de travail large, lumineux et fonctionnel. «  Chacun développe ses propres compétences et apporte  quelque chose en plus par rapport à ce qu’il sait faire. » Un atout « qui nous permet d’élargir notre champ d’activités » et d’ainsi « couvrir tous les besoins communicationnels de nos clients. De la création d’un logo et tout ce qui va tourner autour, jusqu’au développement d’un site internet, en passant par la conception et la diffusion d’une campagne de publicité, la création de packagings, … ».

D’origine belge, Christine Feck exerce le métier de graphiste depuis vingt-cinq ans au Luxembourg. « J’ai grandi dans une ville frontalière et j’ai étudié à Liège. » Si c’est en Belgique que Christine vit ses premières expériences professionnelles, elle se tourne néanmoins rapidement vers le Luxembourg. Ou plutôt, le Luxembourg vient vers elle lorsqu’elle décide de se ménager un peu de temps pour elle et sa famille et devient donc freelance. Pendant ces douze années, Christine Feck a réussi à se constituer « un petit portefeuille de clients ». Parmi eux, Frank Steffen. « Lorsque nous avons commencé à travailler ensemble, la Maison Steffen n’était encore qu’une boucherie installée à Steinfort  qui employait cinq ou six personnes. Vingt ans plus tard, Frank Steffen a ouvert d’autres magasins, mis un service traiteur en place et ouvert La table de Frank, un restaurant. Désormais, cette entreprise compte 180 employés. Mon premier contrat avec lui consistait en la réalisation d’une brochure de Noël. Puis, au fur et à mesure, nous avons appris à nous connaître et à travailler ensemble. Aujourd’hui encore, la Graphisterie reste l’une de leur agence de communication de référence. » Une bonne entente qui a porté ses fruits et a été récompensée d’un Gold Design Awards Luxembourg en avril 2015 pour ses “packaging gourmands“.

« Si ça ne correspond pas au message que l’on doit transmettre, ça ne sert à rien. Il faut être créatif et qualitatif en fonction d’un objectif à atteindre. »

Bien que fortement attaché à l’esthétique de ce qu’elle conçoit, la professionnelle de la communication admet que créer quelque chose de beau n’est pas toujours suffisant.

« Si ça ne correspond pas au message que l’on doit transmettre, ça ne sert à rien. Il faut être créatif et qualitatif en fonction d’un objectif à atteindre. » La qualité du design doit également refléter la qualité du produit et de la marque. « Dans le cas des emballages Maison Steffen, chaque fois qu’un client ouvre son réfrigérateur, s’il voit un papier ou une boîte qui retient son attention, et lui donne envie de savourer ce qu’il a acheté, c’est un message qui reste. »

Les besoins des clients changent avec le temps. Lorsque, il y a neuf ans, Christine Feck a décidé d’ouvrir sa propre compagnie, elle a engagé des « graphistes qui sont aussi web designer », ainsi qu’un développeur afin de pouvoir offrir les outils nécessaires pour leur assurer une présence au sein des nouveaux médias tels qu’internet. Parce qu’aujourd’hui « on n’existe pas si l’on ne figure pas sur Internet ». Convaincue de la nécessité d’être « en phase avec son époque », Christine Feck n’hésite pas à remettre son propre travail en question et « à se tenir au courant ». Un impératif qui la suit jusque dans sa vie privée. « Parfois, je suis l’autoroute, je regarde des camions et je me dis “Cà, c’est moche ! “ On essaye toujours de se demander ce qu’on pourrait faire de mieux. On ne s’arrête jamais. » Avec sa nouvelle équipe, elle propose aussi des forfaits attractifs pour les clients à petits budgets. « Nous soignons vraiment nos clients et leur apportons toujours la réponse la plus créative et qualitative possible quel que soit leurs moyens ».

 Christine Feck voit le Luxembourg comme « un pays soigné », un endroit « ouvert » dans lequel « on a encore la possibilité de pouvoir être entrepreneur » et qui lui a donné l’opportunité de devenir qui elle est aujourd’hui : une cheffe d’entreprise à succès.

Si elle puise aussi son inspiration dans ses voyages, elle admire surtout les pays scandinaves « qui ont toujours une longueur d’avance » en matière de tendance. Outre le graphisme dont elle a fait son métier, Christine Feck est passionnée de danse. Il lui arrive d’ailleurs d’enfiler elle-même les chaussons pour pratiquer un peu de danse classique ou de danse plus contemporaine quand elle ne va pas assister à des ballets.

Christine a rejoint la Fédération des Femmes Cheffes d’Entreprise au Luxembourg (FFCEL) afin de pouvoir rencontrer des femmes qui peuvent connaître « les mêmes problématiques que moi, notamment concernant les questions de conciliations entre la vie professionnelle et la vie de famille. » « Vous pouvez y rencontrer des dirigeantes de petites, grandes et moyennes entreprises. Il y a de tout et c’est cela que j’apprécie particulièrement. »

Revenir à "Portraits"

© 2019 / conception & ergonomie alinéa communication _ programmation z6creation / Espace Membres / Plan