Portraits
 
Danièle Arend-Weber

"Dans cette famille, on est esthéticienne de mères en filles depuis trois génération"

La FFCEL prend la parole
01/06/2013 - Femmes Magazine
La responsabilité sociale des entreprises

En savoir +

Portrait du mois
Myriam Schmit,
MSDESIGN by myriamschmit

En savoir +

Les news
09/11/2018
The Founder Institute is offering together with Equilibre the Female Founder Fellowship program in Luxembourg with the goal of increasing the number of local female entrepreneurs.

En savoir +

 

Danièle Arend-Weber
Institut Annette Weber-Krier

Installé au cœur de la capitale, au coin de la rue Philippe-II et de la Grand-Rue, l’Institut Annette Weber-Krier, n’est pas qu’un salon de beauté, c’est une institution ! Fondé en 1970 par Annette Weber-Krier, qui lui a ainsi donné son nom, l’institut est considéré comme le plus ancien du Luxembourg. Aujourd’hui, c’est Danièle Arend-Weber qui en est à la tête.

Dans cette famille, on est esthéticienne de mères en filles depuis trois génération.

« Ma grand-mère avait déjà un institut dans le quartier de la Gare. Elle fut la première à exercer ce métier au Luxembourg », confirme-t-elle. « Quand j’étais jeune, je ne voulais pas devenir esthéticienne. J’ai d’abord voulu étudier la médecine, mais le trop grand nombre d’années d’études m’a fait peur et j’ai opté pour la kinésithérapie », explique Danièle Arend-Weber.

Finalement, l’univers médical perd de son attrait et la passion familiale l’emporte. Après son cursus de kiné, elle s’engage dans l’apprentissage du métier d’esthéticienne et commence à travailler au salon, aux côtés de sa mère.

En 1995, lorsque cette dernière décide de raccrocher cire et pinces à épiler, Danièle doit prendre une décision : poursuivre l’activité ou se tourner vers d’autres horizons. « J’accompagnais ma mère à des conférences et j’aimais vraiment ce boulot, mais j’avais aussi en tête le souvenir de sa très forte implication. Elle travaillait énormément et je ne voulais pas vivre ainsi. Je voulais fonder une famille et la vivre au maximum. Mais le sang d’entrepreneurs coule dans mes veines et je ne m’imaginais pas une seconde devenir l’employée de quelqu’un. »

Avec les encouragements et le soutien de son époux, l’amour de son métier l’a emporté et Danièle Arend-Weber a finalement décidé de poursuivre l’œuvre de ses aïeules, perpétuant ainsi encore quelques années la tradition familiale. « J’ai une fille de 17 ans. Si elle adore travailler à mes côtés, je ne sais pas encore si elle souhaitera reprendre à son tour les rênes du salon. »

Installé sur deux étages, le salon, auquel Danièle Arend-Weber a laissé le nom de sa mère, est composé d’une quinzaine de pièces et cabines. Les clients y trouvent tout ce que la cosmétique moderne a de meilleur avec des références comme La Prairie, Sisley, René Guinot ou des marques s’inscrivant dans la cosmétique biologique comme Salin de Biosel, 2B, Ophyto et Alessandro pour les soins de mains ou d’ongles.

Diplômée de l’American electronic association de New-York, Danièle Arend-Weber propose l’épilation électrique et permanente. Elle est également spécialisée dans le maquillage permanent (redessiner les lignes de sourcils, marquer le contour des lèvres ou appliquer de l’eyeliner). Ses clients accordent toute leur confiance en son programme anti-âge (peeling, micro-aiguilles, radiofréquence) qui réduit les rides.

Pour sa jeune clientèle, Danièle Arend-Weber intervient sur les problèmes de peau, notamment l’acné, à l’aide de la microdermabrasion. Son credo ? « Mens sana in corpore sano » (un esprit sain dans un corps sain). Un corps sain et relaxé puisqu’à l’Institut Annette Weber-Krier, on peut aussi opter pour des soins relaxants. « Contrairement à ce que l’on pourrait croire, être esthéticienne n’a rien d’ennuyeux. Il y a toujours de nouvelles choses à apprendre. Et si la tradition familiale est forte, je ne me repose pas pour autant dessus et veille toujours à ce que mes clients sortent de leurs soins en se sentant bien dans leurs peaux et en ayant une bonne image d’eux-mêmes. » Fournisseuse officielle de la Cour grand-ducale depuis quinze ans, Danièle Arend-Weber est également, depuis deux ans, la présidente de la Fédération des diplômés en soins esthétiques.

Revenir à "Portraits"

© 2019 / conception & ergonomie alinéa communication _ programmation z6creation / Espace Membres / Plan